IMG_3821

… ben y'a plus de tempête !
Voilà voilàààààà je suis làààà. J'arrête de me cacher.
Ouf. Je me pose 2 minutes et je prends le temps de dire "ouf".
Voilà : changement de vie opéré. Validé. Done. Check. NEXT !
Je voudrais la jouer "facile, un peu charette mais ça va". Mais non, je ne vais pas mentir : on a vraiment galéré. 
Gérer 2 mutations a été plus que sportif, une vraie épreuve. 
Une épreuve qui a commencé il y a des mois lorsque l'idée a germé. Puis les semaines ont passé, les entretiens professionnels, les rendez-vous, les négociations. Une fois la question "pro" réglée, il a fallu caler le reste, le "perso". Et déménager notre nid douillet de 500 km. C'était un joli projet, on était hyper enthousiastes. On est du genre à avoir la bougeotte sans cesse, à aimer la nouveauté et à foncer têtes baissées, tous les deux. On sait prendre des décisions importantes vite, ensemble. Mais on ne s'attendait pas à être si déboussolés pour autant. Et on en a, des déménagements à notre actifs, peut-être 35 à nous deux ?
Je crois qu'on a croisé le maximum de mauvaises surprises possibles. L'appartement n'était pas en si bon état que l'on croyait (aussi, en visitant par photo… on savait qu'on prenait des risques). Une semaine de vacances chez belle-mum à cause d'un problème de raccordement au gaz. On a couru les magasins de bricolage, de décoration. Et au milieu… le bébé. 
Notre pauvre Poulet en a pris plein la frimousse. J'ai déjà tout raconté ici. Après les cartons et les meubles démontés à Paris en plein salon, le Poulet a déménagé. On n'a pas réussi à le protéger et l'épargner autant qu'on aurait voulu et autant qu'il aurait fallu. Il a pris des biberons entre le rayon clous et le rayon mastic à castoche, il a fait sa sieste à kikéa… on a parfois oublié son petit pot… Il a dormi dans la même chambre que nous pendant une semaine (autant dire que personne n'a dormi) puis dans le couloir du nouvel appartement pour cause de peinture fraîche. N'importe quoi. 
Et pour couronner le tout : ses deux premières dents sont sorties pendant ces semaines. Une catastrophe, il en a bavé. 
Après s'être enfin posés, voilà que la nounou de Lyon nous lâche. A croire qu'on a tué un élevage de chatons dans une autre vie tellement c'était la poisse. Une semaine avant ma prise de poste : plus de mode de garde. On a retourné la terre entière après avoir accusé le coup. Le gros coup de barre derrière la tête… 
On a finalement trouvé une assmat' top. Le temps d'adaptation a été expédié, mais notre Poulet sa trouvé de nouveaux repères hyper facilement, bien que complètement déboussolé et dérythmé (c'est un mot ça, non ?) à coups de diète et grève de la sieste. 
Voilà… première vraies semaines passées. Poulet est comme un coq en pattes (?) malgré sa première bronchiolite (oui Poisse, arrête de nous suivre maintenant, passe aux spectateurs de Secret Story) et moi qui cherche encore mes marques. 
J'avoue, je suis rincée. Je rêve de dormir pendant une semaine non-stop. Et redémarrer de zéro. Table rase, on démarre quelque chose de vraiment chouette : notre nouvelle vie dans notre nouvelle ville tous les trois collés-serrés. Trop hâte.
On en parle ou pas du temps règlementaire pour les trouver… ces foutues marques !?
La photo : ... genre je sais coudre un tapis d'éveil (tu le vois l'hippopotame ? et mes pieds ?)