IMG_1985

19 monitorings plus tard,

2 échographies dont 1 endo-vaginale (bon ap'),

1 test de fissuration de la poche des eaux,

L'intégrale de la série Sex and the City... et me voilà.

Alitée. À croiser les doigts et les fesses pour que personne ne sorte de mon four.

Vis ma vie dans le service grossesse pathologique d'un hôpital niveau 3 qui compte près de 4300 accouchements par an.

22 lits, 22 nanas qui regardent BabyBoom, les Maternelles, et Gulli (oui je sais pas pourquoi Gulli). Mais ces nanas, je ne les croise pas puisque je n'ai pas le droit de bouger (mais en vrai, j'allais pas faire toc-toc "et vous êtes là pour quoi vous ? ah vous risquez l'occlusion intestinale" ? "mioum, viens on joue à Chifoumi").

22 nanas qui attendent leur sort dans quelques mètres carrés. Et franchement, mettre des femmes enceintes dans la même pièces 24/7 c'était pas la meilleure idée à avoir.

Pourquoi ?

Parce qu'on a un niveau d'angoisse et d'imperméabilité à celle des autres différent.

Parce qu'on ne peut pas prouter tranquille alors qu'il n'existe aucun autre moment dans ta vie où ton transit est aussi "challengé" dira-t-on (hors gastro). Enfin si tu peux, mais ça demande de l'ingéniosité.

Parce qu'il faudrait partager (tes produits de beauté, ta bouffe planquée pour ne pas mourir de faim, les jeux de ton fils), et que moi, je suis un rat-mort. Va crever Charogne, cette crème est à moi, et les scoubidous aussi.

Parce qu'on passe un max de temps au téléphone / sur facetime. Y compris en dehors des horaires d'ouverture des bureaux. On glousse, on rit, on pleure. On est obligée de partager ça aussi.

Et moi, je suis dans une chambre double avec Valérie qui vient du Chnord mais habite dans le Sud (et a échoué dans un hôpital lyonnais par la force des choses).

Et Valoche... elle me fait peuuuurrr.

Elle a pris une peine d'un mois ferme car elle a "fissuré" comme on dit ici. Elle a un mari et un Poulet un peu plus jeune que le mien. Elle couine comme une maman au téléphone mais en soi, ça m'énerve (rapport au rat-mort) -> "hiiiii mon petit chériiiiii mais qu'il est beeeaaauuuuuu ohhhhh ahhh". Crr. Etouffe-toi pour voir ? Oui, je fais ça aussi. Mais je préfère le faire seule.

Elle me dit qu'en laissant son fils à son père pendant son séjour, elle a eu l'impression de "perdre deux bébés". Hum. Aucun n'est mort, si ?

Elle aime la bouffe de l'hosto. Je répète : elle aime la bouffe de l'hosto (mais qu'est-ce qu'elle mange chez elle ?)

Elle garde du beurre dans son tiroir. Non, pas au frais. Non, ça ne la gêne pas.

Elle fait venir son fils à 13h. Parce qu'il ne fait pas de sieste l'après-midi à 15 mois. Du coup, c'est bizarre, mais elle le trouve tout le temps grognon et chouineur. Hum. Fessée, tape sur la main, cris en tout genre rythment MA sieste (parce que moi j'en fais encore une).

Maintenant, il me reste 2 options : commencer un marché parallèle de négoce de produits rares ici, ou organiser mon évasion.

Car dans mon tiroir, j'ai des resssources grâce à un fournisseur au top et de généreux donateurs. J'ai du Nutella, des Granola, des bonbons, des petits pains au lait, une tablette au chocolat, de la fleur de sel (ça, ça doit pouvoir se monayer cher ici), de l'IceTea, de l'Orangina, un Coca Zéro (pareil), des fraises, des cerises, des macarons de marques différentes, un coffret entier de conneries d'au moins 3 kg, des tomates d'un jardin vauclusien et une mozzarella pasteurisée avec du vinaigre balsamique, des chips (of course).

Je pense qu'à force de dire que mon bébé est tout maigrichon, le Monde entier a voulu m'engraisser. Je ne sais pas qui prendra le plus de cellulite (j'en ai quand même une petite idée). En attendant : je mange.

L'évasion serait enfin assez difficile car je n'ai pas le tracé des plans de l'étage tatoué sur le bide, donc je ne sais même pas comment descendre au rdc. Avouez que ça complique le projet. Ma démarche en canard et à 200m/heure attirerait l'attention en plus, je pense.

Du coup, je pense que je vais organiser un flashmob afin de soutenir les sage-femmes dans leur combat, et les patientes dans leur combat contre la malnutrition (bien manger ne rend pas heureux, mais mal manger rend clairement malheureux - découverte majeure de l'année).

Allez, laissez-moiiiii dansserrrrr, laissezzzz-moiiiiiiii...

des B.

La photo du jour : tu la vois la contraction ?