pic36

... répète cette phrase 3 fois, inspire, expire. 

Ça va bien se passer.

 

Comprendre cette information s'est fait en 2 temps.

D'abord, l'arrivée en fanfare à l'hopital où après un série d'examens, l'injection de corticoïdes dans mon fessier (pour faire speeder la croissance de certains organes) et la visite de l'anesthésiste, on se dit que ça y est, c'est cuit. Il va arriver, là tout de suite. Vivant ou mort. En bonne santé ou non. On n'en sait rien. Mais ça sent le cramé. Y'a d'la fumée, je vois le feu : au secours. 

A 6 mois de grossesse : 29 semaines d'aménhorrée sur les 40 et demie. 

Ensuite, lorsque les choses se calment et que les saignements s'arrêtent, on intègre la réalité du sort des Placentas Praevia (traduire : "ce qui barre la route de sortie du bébé" en latin). Et la réalité vraie, c'est que le protocole prévu lorsqu'il est entièrement recouvrant (le cas de Bibi), on le sort à 36 ou 37 semaines au mieux. Au mieux. 

37 SA est le seuil de la prématurité. Après c'est la cuisson à point.

37 SA c'est un mois avant le terme prévu.

Et j'en suis à rêver d'atteindre les 37 SA, vous vous doutez bien. 

Il y 2 semaines, je me tétanisais à l'idée d'avoir une césarienne, aujourd'hui je me réjouis de chaque heure que ma crevette voudra bien encore passer dans mon ventre. Chaque heure avant la césarienne, of course. Quand on s'enfonce, on s'accroche aux dernières branches qui dépassent n'est-ce pas ?

Le reste du calcul est vite fait : l'objectif est d'atteindre 34 SA pour éviter la grande prématurité. Encore 4. Autant dire une éternité. Avant, pour résumer, c'est la mé-merde. Après, c'est la Petite Maison dans la Prairie en Unité Kangourou. 

Quatre. Quatre. Quatre.

Et quoi qu'il en soit, il sera prématuré. 

C'est quoi un bébé prématuré ? Je n'y connais rien, je ne pensais même pas qu'un bébé était viable à 6 mois de grossesse. A mon stade, il ne saurait pas respirer, pas manger seul. Couveuse, sonde, intubation. Autant de mots qu'on n'a pas envie d'entendre à 6 mois de grossesse. Putain mais laissez-moi couver mon oeuf, il est pas cuit, on vous dit !

Tout ça pour dire quoi ?

Qu'après la digestion de l'information revient le calme. Non, on ne s'attendait pas à ça. On n'en voulait pas. On voulait un bébé bien gras avec un double menton et des bodies trop serrés sur un corps de petit cochon qui mange bien. On a réussi à faire le deuil de ce trip. Ce coup-ci, ce ne sera pas pour nous. 

On s'organise pour mon séjour à l'hopital, ma possible sortie et mon retour à la maison alitée. On se projette à devoir squatter le service de néonatologie. On achète des habits taille 00. Tu sais pas ce que c'est ? Moi non plus. J'espère que je ne me suis pas trompée. 

On se projette pour évacuer nos angoisses. On se sert nos petits coudes, mon Chéri et moi. On revoit nos plans, nos projets, nos priorités. 

On a failli demander le sexe, de peur qu'on nous vole ce moment dans l'urgence de la situation. Il ne nous reste que peu de magie dans notre galère, on se la garde encore un peu au chaud pour le moment. 

Bref, on reprend nos esprits, on se redresse, on lève la tête et on regarde devant. J'ai toujours un petit truc au fond de moi qui me dit qu'on "envoie" des épreuves aux personnes que l'on sait être capable de les affronter. On saura faire face avec tout notre courage de parents.

Nous sommes prêts. 

des B.

Next billet : on reprend notre poilade sur ma voisine de chambre la Chti et son mari "Nicolo" 

La photo du jour : une photo de nos vacances avec le Multi-lens, ddicace à mon petit Chéri <3